Je déménage!

Vous vous demanderez pourquoi j’ai décidé de plateforme, et à quelle plateforme je suis allé ? Alors, je vous réponds tout de suite, je suis allé sur Wordpress. Pourquoi ? Parce que Wordpress offre beaucoup plus de libertés aux blogueurs et que c’est que je recherche. Donc, voilà, je suis passé là-bas.

Je serais très content que vous me suiviez dans mon nouveau blog, avec un nouveau thème, une nouvelle plateforme, je décide de commencer l’année de mon blog sous de bons auspices.

Voici le lien du blog sous wordpress. A savoir, je ne supprime pas celui-ci, mais il sera pas forcément mis à jour !

http://letteraturaa.wordpress.com/

jeudi 14 avril 2011

Stupeur et tremblements, Amélie Nothomb

imageQuatrième de couverture : Au début des années 90, la narratrice est embauchée par Yumimoto, une puissante firme japonaise. Elle va découvrir à ses dépens l'implacable rigueur de l'autorité d'entreprise, en même temps que les codes de conduite, incompréhensibles au profane, qui gouvernent la vie, sociale au pays du Soleil levant. D'erreurs en maladresses et en échecs, commence alors pour elle, comme dans un mauvais rêve, la descente inexorable dans les degrés de la hiérarchie, jusqu'au rang de surveillante des toilettes, celui de l'humiliation dernière.

Mon avis : Les mêmes années que Ni d’Eve Ni d’Adam, mais cette fois-ci, on nous parle seulement de la vie professionnelle. Cette vie est remplie de labeurs, d’humiliation, de mauvais entendus entre les cultures.Le titre nous est expliqué dans le livre, il désigne la façon de parler devant l’empereur.

On voit les Japonais par rapport aux Occidentaux qu’ils méprisent quelque peu. On nous parle aussi de la condition de la femme. La femme japonaise est voué à ses principes, comme le mariage à 25 ans ou bien sur le fait de transpirer.

J’ai beaucoup aimé une nouvelle fois l’écriture très simple et élégante d’Amélie Nothomb, de plus, cette histoire étant une réalité, on veut le lire plus vite.

Résumé : Amélie entre dans la compagnie Yumimoto, sa supérieure est Fubuki. Son métier est l’interprétariat, mais elle sert du thé ou du café, on lui demander d’oublier le japonais.

Spoiler (moment intense de l’intrigue) :

Monsieur Tenshi vient le voir pour qu’elle fasse un rapport, elle le fait, mais quand le vice-président entend cela, il engueule les deux. Maintenant, Amélie travaille dans la comptabilité, elle fait de nombreuses fautes et est envoyé dans un autre travail qu’elle n’arrivera pas encore à faire. Alors, elle retourne à son métier de serveuse.

Mais quand elle va voir Fubuki pour la réconcilier aux toilettes, elle sera réaffecté comme nettoyeuse de WC. Ce calvaire durera 7 mois, jusqu’à la fin de son contrat. Pour la démission officielle, elle parle avec Fubuki qui est en extase devant l’humiliation d’Amélie, elle parle aussi avec le président et le vice-président qui accepteront. Quand elle reviendra en Europe, elle publie un livre, elle reçoit une lettre de Fubuki.

1 commentaire:

  1. Superbe l'écriture de cette auteure, j'ai beaucoup aimé ce roman.

    RépondreSupprimer