Je déménage!

Vous vous demanderez pourquoi j’ai décidé de plateforme, et à quelle plateforme je suis allé ? Alors, je vous réponds tout de suite, je suis allé sur Wordpress. Pourquoi ? Parce que Wordpress offre beaucoup plus de libertés aux blogueurs et que c’est que je recherche. Donc, voilà, je suis passé là-bas.

Je serais très content que vous me suiviez dans mon nouveau blog, avec un nouveau thème, une nouvelle plateforme, je décide de commencer l’année de mon blog sous de bons auspices.

Voici le lien du blog sous wordpress. A savoir, je ne supprime pas celui-ci, mais il sera pas forcément mis à jour !

http://letteraturaa.wordpress.com/

mardi 6 mars 2012

Une vie en plus, Janine Boissard

imageRoman - Editions Fayard
jeudi 1 mars 2012
22 € - 528 pages

image

 

Quatrieme de couverture :

Elle s'appelle Adeline Constant et tous l'envient. Une brillante carrière, un mari amoureux, trois enfants, une belle maison avec jardin à Saint-Cloud. Tout pour être heureuse. Et voici qu'elle démissionne de son travail. A la stupéfaction générale, Adeline a décidé de s'offrir une parenthèse dans sa vie trop pleine pour mieux regarder, écouter, aimer les siens. Être, en somme, une « happy housewife ».
Raté ! C'était compter sans ses enfants qui, tour à tour, vont lui causer de sérieux soucis. Sans la rencontre avec Mathis, un homme, ardent et passionné qui ne vit que pour la musique à laquelle il initie les jeunes de la ville. À ses côtés, Adeline retrouve le rêve fou de son adolescence : écrire des chansons, mettre les mots en musique. Ensemble, ils conçoivent un grand projet. Jamais Adeline ne s'est sentie aussi vivante, jamais elle n'a tant vibré. Mais si cette « vie en plus » recelait un piège pour les siens, de l'amour en moins ?

Mon avis :

J’ai reçu ce livre et j’ai tout de suite eu envie de le commencer. Je ne sais pas la raison, mais une voix me disait que ce roman allait me plaire. Il faut savoir que la couverture est beaucoup plus belle que la réalité. J’aime beaucoup la femme, mais elle à l’air enceinte, mais ce n’est pas le cas, attention à toute mauvaise interprétation de ce livre.

Je ne connaissais pas l’auteur, mais je me suis dit à lui faire confiance en ayant vu qu’elle avait écrit de nombreux romans sur les thèmes de la famille, je m’y suis attelé. Et bien, vous savez quoi, le résultat est : une superbe lecture détente et très enrichissante. L’auteur a réussi a allié la légèreté des livres “faibles” avec des choses à faires passer.

Le début, c’est un peu banal on pourrait dire, puisqu’il y a beaucoup de personnes qui reprennent la crise de la quarantaine. Adeline, notre protagoniste décide de quitter son boulot pour un peu découvrir ses enfants qu’elle a négligé. Le début parait banal, mais la suite ne le sera pas, puisque ce départ va lui permettre de commencer une nouvelle vie, avec à la clé, une chose qu’elle a longtemps caché : son rêve d’enfance de devenir parolière.

J’avoue que le début était quelque peu lent à cause  du fait qu’elle doit annoncer sa décision à sa famille, à son patron. J’ai aimé le décryptage qu’elle faisait lors des annonces. Elle cherche si son mari va encore l’aimer, si son patron va manifester des sentiments. On était carrément dans le personnage en train de décoder les messages des autres, et j’ai assez aimé cette méthode.

La suite des évènements a été un véritable délice à lire. J’ai beaucoup admirer la façon de présenter la nouvelle vie comme dans une chronique familiale, un peu à la Desperate Housewives qu’Adeline ne cesse de vite. Et comme j’aime la série, j’ai apprécié qu’il y ait une version complètement différente dans ce roman où on suit Adeline et ses enfants durant une vie quelque peu bousculé. On assiste à des problèmes familiaux, graves ou pas, mais qui m’ont vraiment marqué surtout l’évènement avec la grande fille Adèle.

Le fait qu’elle nous présente tout ses évènements petit à petit, comme si ce n’était pas un roman mais une série et que chaque chapitre correspondait à des épisodes, j’ai été envouté par la banalité du quotidien qui cache toujours une part de mystère. Donc le quotidien a du bon ! Si vous êtes un inconditionnel du thriller, je ne pense pas que ce livre est pour vous, je le conseillerai plutôt aux gens qui ont du temps à accorder à des petites choses de la vie.

A part l'aspect Happy Housewives, l’auteur innove du genre en y ajoutant une blessure d’enfance, pas physique mais pire, moral. Adeline rêve depuis toujours a devenir parolière, mais un vieux monsieur l’avait dissuadé durant son enfance. Mais quand elle se met à nu avec ses défauts devant Mathis, un espoir va commencer à naitre. Peut-on réaliser des rêves d’enfance ? Pour avoir la réponse, lisez-ce livre.

Un véritable éloge du rêve, pour changer avec les fatalistes qui disent que l’enfance n’est qu’illusion, Janine Boissard a réussi à revenir au propre de l’Homme : le rêve et sa réalisation. En effet, tout le monde a des rêves, mais ici, on analyse plutôt la réalisation d’un rêve pour voir aussi comment celui-ci avait été bafouée durant des années. J’ai adoré la manière dont l’auteur a réussi à mettre en valeur le rêve qui n’est pas forcément synonyme à “illusion”.

La distribution est excellente. On a la femme qui rêve, l’homme qui raisonne, un autre homme qui vient dans le duo pour apporter le rêve à la femme. Une distribution digne d’un Harlequin pourrait-on dire, mais il n’en est pas du tout puisque le rêve ici est le désir artistique. L’idée de ce désir si longtemps refoulé qui va exploser en un boum artistique est vraiment une idée fabuleuse. En y rajoutant des personnages vraiment très attachants, on arrive à relier la famille et l’art.

Pour finir, je vais pouvoir parler de la famille. Ici, on a une pseudo-définition de la famille que j’ai trouvé excellente. Pour l’auteur, la famille permet de s’entraider, de s’aimer, et toutes ses valeurs sont magnifiques mais utopiques. C’est pourquoi, elle met la famille à rude épreuve et elle montre que la famille c’est comme du plastique : c’est incassable.

Je serais ravi de lire un autre livre de cet auteur qui a vraiment une plume légère mais pas péjorativement. Elle a une plume qui sait rendre léger des sujets qui sont un peu tabous, on peut le dire, comme les rêves d’enfances que pas grand mondes n’osent raconter.

Voilà tout pour ce livre, je remercie Fayard et Gille Paris pour ce livre très très intéressant. Courez chez vos libraires, j’ai adoré ! C’est un coup de cœur !

4 commentaires:

  1. Quelle belle chronique ! tu me donnes terriblement envie de lire ce roman, je pense que je pourrais sans mal m'identifier à l’héroïne... merci pour cette belle découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu te sens vraiment comme Adeline, alors fonce le lire ! Il mérite vraiment le coup !

      Supprimer
  2. oui tu donnes vraiment envie ! je n'ai jamais lu cette auteure et pourtant on m'en dit tellement de bien, je pense que je vais me laisser tenter avec ce livre ! merci

    RépondreSupprimer
  3. Comment ne pas avoir envie de découvrir ce livre après avoir lu cette chronique ?? :D

    RépondreSupprimer