Je déménage!

Vous vous demanderez pourquoi j’ai décidé de plateforme, et à quelle plateforme je suis allé ? Alors, je vous réponds tout de suite, je suis allé sur Wordpress. Pourquoi ? Parce que Wordpress offre beaucoup plus de libertés aux blogueurs et que c’est que je recherche. Donc, voilà, je suis passé là-bas.

Je serais très content que vous me suiviez dans mon nouveau blog, avec un nouveau thème, une nouvelle plateforme, je décide de commencer l’année de mon blog sous de bons auspices.

Voici le lien du blog sous wordpress. A savoir, je ne supprime pas celui-ci, mais il sera pas forcément mis à jour !

http://letteraturaa.wordpress.com/

mercredi 7 septembre 2011

Le Roman de Bergen : 1900– L’aube (tome 2)–Gunnar Staalesen

image

Quatrième de couverture : Le rideau se lève sur Bergen dix ans après l’incendie qui l’a dévasté. Sven et Per, les fils de Christian Moland, sont devenus frères ennemis dans la grève sociale qui secoue la Norvège. Le conflit entre syndicalistes et police fait rage, et le monde s’affole, entre krach boursier et montée du fascisme. À Bergen, le vent glacial souffle toujours et une certaine « Mlle Pedersen » resurgit du passé…

Gunnar Staalesen est né en 1947 à Bergen, en Norvège. Il est célèbre pour sa série de polars mettant en scène le privé Varg Veum. Voici le 2e tome de la grande fresque sociale qu’il a consacrée à sa ville natale norvégienne : Le Roman de Bergen.

Mon avis : Je remercie encore une fois les éditions Points et Bibliofolie pour le livre, de plus j’avais reçu les deux tomes, donc c’était super, merci ! Mais cette fois-ci, tout a changé, je ne suis si emballé par ce roman, qui a pesé lourd cette fois-ci ! J’ai trouvé quelques défauts qui m’on beaucoup dérangé sont apparus, mais l’ensemble reste bien !

Tout d’abord, je vous raconte le problème avec ce livre, eh bien, la précision est devenue un réel calvaire dans ce roman, puisqu’il est présent partout, sans concession, tant dans des histoires d’amours que dans des problèmes. Pendant toute la lecture, on est assailli de détails concernant les problèmes sociaux du pays, cela m’a beaucoup ennuyé du fait que je ne m’intéressais pas vraiment à ce domaine dans ce pays ,alors que j’avais préféré le renouveau technologique du début du siècle dans le premier tome. Donc, un mauvais point pour la précision aveuglante du texte.

Passons à l’intrigue, eh bien, on se rend compte que le temps passe, les gens vieillies surtout ce qui enquêtaient en 1900, ils vieillissent, à la place, on laisse les enfants et de nouveaux personnages qui ouvre la possibilité de lien avec l’enquête. Comme je l’avais dit avant, l’enquête du consul Frimann est toujours un peu dans les têtes, personne ne l’a oublié, on se rend compte que certains personnages connaissaient des choses. Donc, l’intrigue est toujours à son niveau le plus haut.

Le cadre, comme vous le savez a été la Grande Guerre et les problèmes sociaux de la Norvège et de Bergen en particulier. On nous présente (un peu trop précisément) les “batailles” entre droite et gauche, dont les personnages sont dans le centre de l’action, ce qui ne permet pas d’arrêter l’histoire.

La fin, une fin très bien conçue, qui termine l’époque cité très abondamment dans le roman, donc, l’auteur exprime donc qu’un bouquin est une époque, ce que j’ai aimé comme symbolique. Pour la fin en elle-même, elle est vraiment triste et très intrigante en même temps.

Donc, finalement, j’ai rien d’autres à dire concernant l'’écriture et la série dont j’avais parlé dans la chronique du premier tome, donc, je n’ai pas apprécié le coté historique un peu trop prédominant, au contraire, l’intrigue est à son comble surtout à la fin.

1 commentaire:

  1. Cela ne m'étonne guère, ayant lu le premier tome avec un certain ennui...

    RépondreSupprimer